Files

Action Filename Description Size Access License Resource Version
Show more files...

Abstract

Aujourd’hui, l’architecture fait face à une indispensable transition vers la durabilité. Ce défi environnemental pousse à un emballage extrême des bâtiments, au détriment d’une visibilité de la structure. Bien qu’efficace, cette multiplication de couches de l’enveloppe impacte pourtant l’environnement en raison de la quantité importante de matériaux qu’elle exige. Peut-on alors répondre aux enjeux de notre temps en abandonnant la « boîte isolée » ? Le projet prend le contrepied des pratiques actuelles en explorant les performances de matériaux novateurs. Délaissant la traditionnelle couche isolante, le système constructif proposé replace la structure porteuse au premier plan. Il redéfinit la notion de façade et lie davantage extérieur et intérieur. La structure répète des éléments préfabriqués en composite-cimentaire fibré ultra performant (CFUP), béton de dernière génération, plus durable, aux épaisseurs minimales. Cette nouvelle préfabrication vise une cohérence prégnante entre forme et matière ; elle est dite « esthétique ». L’exploration prend forme dans la sauvegarde de la Station fédérale de recherche agronomique – icône redécouverte de la préfabrication en béton des années 1970 en Suisse – édifiée par Heidi et Peter Wenger. En effet, l’intervention propose, par une extension, un forum pour l’agriculture et l’alimentation de demain, qui regroupe diverses activités : recherche, enseignement, logement et maison de la découverte. Sa typologie de tour sur galette donne un signal fort dans le paysage de l’Arc lémanique et proclame une symbiose entre programme architectural et construction en réponse aux enjeux actuels.

Details

Actions

Preview