L'architecture sous rayons X. Entretien avec Beatriz Colomina

À l’heure de la pandémie mondiale et du confinement, chaque discipline interroge ses relations avec les enjeux de santé. Il y a une centaine d’années, la maladie a joué un rôle déterminant dans la transition vers l’esthétique moderne, explique Beatriz Colomina dans X-Ray Architecture, publié en 2019 : « L’architecte était un docteur, pratiquant une forme de médecine préventive pour nourrir et reconstruire le corps et la psyché ». Colomina souligne que la ville du début du 20e siècle était déjà un « champ de bataille », lorsque la tuberculose dévasta les populations urbaines. À la suite de la Première Guerre mondiale, la notion même d’expérience, et la difficulté d’exprimer ses sentiments ou de les contenir définissait en partie l’imaginaire des habitants de la ville. L’impact de cette situation historique est non seulement visible dans la peinture ou la psychologie, mais aussi dans l’architecture. Scrutant l’histoire de l’architecture « avec d’autres yeux », Beatriz Colomina questionne le canon mythique de l’architecture moderne avec une nouvelle hypothèse : « Qu’est-ce que cela signifie lorsque tout le monde – le client, l’architecte, le théoricien, le critique, l’ouvrier – est un patient ? »


Published in:
Tracés, 11, 36-37
Year:
Sep 04 2020
Keywords:
Laboratories:




 Record created 2020-09-07, last modified 2020-10-29


Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)