Infoscience

Student project
n/a

Un éco-quartier à la Praille (Genève)

Genève 2020. Comment prédire le visage de la Cité de Calvin dans une dizaine d'année ? Comment fera-t-elle face à l'expansion démographique qui l'attend, et à la demande toujours plus pressante de logements dans un canton qui semble montrer ses limites en termes de surface ? Tous les regards semblent aujourd'hui se tourner vers le quartier de la Praille, cet immense secteur qui se développe sur trois communes et qui, depuis peu, vient de révéler son formidable potentiel de densification. Constitué pour les deux tiers de sa surface de friches industrielles et ferroviaires, le PAV (Praille-Acacias-Vernets) détient ainsi une ressource sol d'une richesse incroyable. Le futur RER du CEVA qui devrait voir le jour à l'horizon 2015 contribuera à l'attractivité et au développement de ce quartier par la formidable offre en termes de transports publics qu'il apportera. En choisissant une parcelle du PAV proche de l'un de ces futurs arrêts RER (Bachet de Pesay), et bordée par deux lignes de tram et un axe routier important, nous proposons ainsi d'aborder la problématique du logement sous la houlette du développement durable. Prendre en compte la notion de processus devrait permettre de planifier différentes étapes de transformation de ce quartier ferroviaire, en garantissant en tous temps l'attrait pour de nouveaux habitants, dans un site qui pour le moment ne donne pas envie de venir s'y installer, d'une part par les nuisances sonores que produit la route qui borde le site au Sud, et d'autre part par l'image négative et peu attrayante renvoyée par les bâtiments industriels et à l'absence d'équipements publics. Le projet propose de développer la première étape de ce processus en bordure de la route de Saint-Julien, en développant une longue barre parallèlement à celle-ci, afin de réduire les nuisances sonores dans le site. Le bâtiment, exposé à la route plein Sud, cherchera à intégrer des critères d'environnement durable, afin de tenir compte notamment du niveau sonore qui dépasse régulièrement les 85 dB, tout en exploitant au mieux les gains solaires dus à cette orientation favorable. En intégrant des équipements publics adaptés aux modes de vie d'un éco-quartier, et par les qualités environnementales du bâtiment, le projet sera alors un vecteur d'amorce pour le développement des futures étapes du site.

Related material