Files

Abstract

Sur un territoire d’une vingtaine de kilomètres, sept lieux se sont vus transformés par l’arrivée de nouvelles communautés agricoles. Loin d’être tous des paysans, les habitants expriment néanmoins le même désir d’un changement radical de manière de vivre. Les communautés se caractérisent par le fort lien qu’elles entretiennent avec le travail de la terre : les jardins prennent place au centre des habitations ou à l’extérieur de celles-ci. Les logements s’organisent autour d’une aire, lieu collectif de partage, de travail et de représentation de la communauté. Les habitants se partagent également des granges enserrées entre les salles communes des logements. Ces espaces se destinent aussi bien à une utilisation agricole, qu’artisanale ou récréative. La pierre et le bois s’assemblent de la manière la plus franche. Leur mise en œuvre repose sur des principes simples, voire archaïques. Les blocs de pierre massive forment les corps de logis principaux en alternance avec des parties en ossature bois dans lesquelles prennent place les chambres et les pièces de services. Equipées de poêles et de cheminées, les pièces de l’habitation sont chauffées au bois. Le centre de l’aire est occupé par le lavoir jouxtant un couvert et les bâtiments de l’intendance. Ces derniers accueillent également une salle commune et un centre d’hébergement pour les saisonniers. Cet espace catalyse les rencontres quotidiennes et les rassemblements formels ou informels qui caractérisent la vie communautaire.

Details

Actions

Preview