Infoscience

Student project
n/a

Le télésiège topographique de Val Thorens: 2300 m - 3562 m - 2300 m, (F)

En parcourant la montagne, le télésiège projeté invite randonneurs, flâneurs, touristes, VTTistes, grimpeurs, chercheurs, à découvrir ce territoire depuis les airs, l'hiver comme l'été. Son tracé ne s'inscrit plus exclusivement dans une logique du ski où efficacité et vitesse du transport priment. Au contraire, le projet re-questionne le caractère rectiligne, rampant, tendu et uniforme du câble, pour établir des liens plus étroits avec le paysage. Il exploite pleinement la capacité de cette machine à pouvoir s'affranchir du sol. Ainsi, en modifiant l'orientation du câble, en variant sa hauteur, sa vitesse, son inclinaison et sa tension, le télésiège se glisse dans des lieux inaccessibles: parcourir une vallée sinueuse, planer entre glacier et pentes rocheuses, survoler séracs et crevasses, longer une pente avalancheuse, léviter au-dessus d'une vallée; autant d'expériences fortes révélatrices des sites traversés. Le parcours se distingue par la présence de “Pylônes-Gares”. Ces structures de béton réparties le long du tracé ont pour fonction première de permettre au câble ses changements de direction. Mais au-delà de leur statut technique, ils sont de véritables architectures. Construits dans un béton grossier de granulats de gneiss et de schistes prélevés sur le site, ils structurent le paysage par la répétition d'un même langage architectural. Ils articulent les différentes sections et constituent des parenthèses dans le parcours. Leur traversée, rythmée par la décélération du siège, son débrayage et son accélération, révèle par sa spatialité tout un univers mécanique de roulements et de moteurs. Chacun est conçu à l'intérieur comme un potentiel d'habitabilité varié répondant aux multiples envies des utilisateurs: se restaurer, se détendre, observer, nicher, traverser ou descendre, et conférant à celui-ci un caractère pérenne fort.

Related material