Infoscience

Journal article

Störfall com 30. März 2013 bei der Staumauer Punt dal Gall

Le weekend de Pâques 2013, le débit résiduel dans le Spöl, le cours d’eau principal du Parc National Suisse s’est tarit soudainement. L’ouverture consécutive de la vidange de fond du barrage de Punt dal Gall des Forces Motrices d’Engadine SA EKW a permis de rétablir l’écoulement dans le lit du cours d’eau, mais a introduit en même temps de grandes quantités de sédiments fins dans le Spöl. Ces deux évènements ont provoqué une atteinte massive à la faune et la flore aquatique du Spöl en aval du barrage. Comme mesures immédiates, le turbinage à la centrale de l’Ova Spin a été interrompu, le niveau inhabituellement bas du réservoir de Livigno a été rehaussé et le débit résiduel dans le Spöl a été augmenté et modulé. En outre, un groupe de travail a été constitué pour une évaluation plus approfondie de la situation et pour un relevé de l’état de la rivière. Une première évaluation de l’état du Spöl a montré que l’accident écologique a conduit à un colmatage important du lit de la rivière. La faune benthique ainsi que la population piscicole ont subi des dégâts considérables particulièrement dans le tiers supérieur du tronçon de cours d’eau touché. La mégacatastrophe écologique, respectivement l’anéantissement complète de la population piscicole, initialement communiquée n’a cependant pu être constatée. La régénération écologique progressive du système aquatique a également été confirmée dans les études ultérieures effectuées à l’automne 2013 et au printemps 2014. Les poissons examinés ont été en très bonnes conditions physiques et leur présence était confirmée sur toute la longueur du Spöl supérieur. La présence de juvéniles, émergents naturellement, permet d’espérer que la population piscicole, qui s’élève actuellement à environ 50% de l’état initial, va récupérer intégralement dans les années à venir. L’EPFL à Lausanne a examiné les causes potentielles qui ont conduit à l’accident écologique. En conclusion, c’est le niveau d’eau exceptionnellement bas du réservoir de Livigno, toutefois encore 18 m plus haut que le niveau minimal d’exploitation selon la concession, qui a permis d’exposer des grandes surfaces de dépôts de sédiments; cela dans des conditions d’exploitation normale de l’aménagement hydroélectrique. Des courants de turbidité ont putransporter en très peu de temps des grandes quantités de sédiments fins le long du talweg jusqu’à la vidange de fond et l’entrée de la dotation. Cette dernière déversait dans un premier temps de grandes quantités de matières fines dans le Spöl, pour ensuite s’obstruer temporairement sans que cela ait été détecté par l’instrumentation de mesure du débit en place. Le résultat était un tarissement du Spöl en aval du barrage. Le constat de cette situation inadmissible a conduit à la décision de l’ouverture de la vidange de fond. Du point de vue technique et d’exploitation, cette décision était correcte et nécessaire afin de garantir la sécurité de l’aménagement et de libérer la dotation de son obstruction. Le déversement supplémentaire de grandes quantités de matières fines dans le Spöl a été la conséquence. Les mesures suivantes ont été définies afin d’éviter de futurs événements similaires : • Renonciation d’abaisser le niveau du réservoir de Livigno en-dessous de 1735 m s.m. • Poursuite des lâchés de crues artificielles • Installation d’un système redondant de mesure du débit avec évaluation de la turbidité en continu • Surélévation de la prise d’eau de dotation

Related material