Abstract

Transanti-asco (littéralement « Trans-dégoût ») au lieu de Transantiago, voilà comment certains appellent le nouveau système de transports collectifs de la capitale chilienne. Sa mise en service en février 2007, après plusieurs reports successifs, a provoqué des émeutes, la démission du ministre des transports et la chute de la cote de popularité de la présidente Michelle Bachelet. Comment en est-on arrivé là ? Est-ce la transposition d’un modèle à la mode (le Bus Rapid Transit – BRT, comme le Transmilenio à Bogota en Colombie) qui n’a pas pris, ou les causes sont-elles plus complexes ? Retour sur une révolution technique et tarifaire qui a bousculé les habitudes des habitants.

Details

Actions