000143388 001__ 143388
000143388 005__ 20181228151104.0
000143388 037__ $$aARTICLE
000143388 245__ $$aStress et mémoire
000143388 269__ $$a2001
000143388 260__ $$c2001
000143388 336__ $$aReviews
000143388 520__ $$aLorsque nous sommes assaillis par les conjonctions de stress incontrôlables de notre vie quotidienne, nous devenons distraits et nos facultés de mémoire à court terme font place à des réponses comportementales du registre des habitudes, cependant nos souvenirs concernant les événements survenant en phase de stress sont, en fait, bien meilleurs que ceux enregistrés habituellement. Ce type de mémoire, qui pourrait être qualifié de mémoire émotionnelle, commence à être mieux reconnu. Sur le plan neuroendocrinien, une réaction bimodale au stress est observée: une réponse rapide, catécholaminergique, et une réponse lente avec sécrétion de cortisol. Lors de l'ontogenèse, notamment lors de stress périnatal, un même déséquilibre neurobiologique pourrait survenir et avoir des effets à long terme sur les mécanismes de mémoire et la vulnérabilité individuelle au stress. La meilleure compréhension et caractérisation de ces mécanismes permettra d'apporter des bases au développement de traitements plus spécifiques. Enfin leur reconnaissance nous permet de mieux comprendre et accepter nos propres difficultés à faire face aux situations extrêmes
000143388 700__ $$aGhika-Schmid, F
000143388 700__ $$aAnsermet, F
000143388 700__ $$0243698$$aMagistretti, P J$$g134990
000143388 773__ $$j159$$k9$$q632-638$$tAnnales médico-psychologiques
000143388 909C0 $$0252265$$pLNDC$$xU11150
000143388 909CO $$ooai:infoscience.tind.io:143388$$preview$$qSV
000143388 937__ $$aLNDC-REVIEW-2010-005
000143388 973__ $$aOTHER$$rNON-REVIEWED$$sPUBLISHED
000143388 980__ $$aREVIEW