Infoscience

Student project
n/a

Un espace pour la mort. Modernisation de la nécropole de Sierre (VS)

La faculté de créer, qui est propre à l'être humain, lui permet d'apprécier l'immortalité de son espèce. L'homme a conscience de lui-même et du fait qu'il est un être avec une fin. La fin de l'existence, caractérisée par la mort, est perçue dans chaque culture de manière différente. Le rite et les croyances font partie d'un système protecteur qui nous donne l'illusion de la pérennité. A travers le rite, la collectivité tend à prendre conscience d'elle-même et renforce sa vitalité. Aujourd'hui en Suisse, plusieurs rites funéraires existent, mais la crémation répond à un besoin de plus en plus exprimé par la population, dû aussi à une très grande laïcisation de celle-ci. Cette société ne désirant plus suivre certains rituels ancestraux, la crémation arrive donc comme substitution à l'inhumation, jusqu'à devenir le rite funéraire majoritaire dans plusieurs villes. En connaissance de ces nouveaux besoins de la société, le canton du Valais est apparu comme un lieu susceptible de recevoir ce programme pour deux raisons : premièrement, le Valais avec sa très forte prédominance catholique, voit sa coutume funéraire majoritaire changer depuis l'abolition de l'interdiction de la crémation chez les catholiques, et deuxièmement, depuis la mise en service du crématoire de Sion (1990), le taux de crémation montre une évolution surprenante. Le projet s'est orienté vers la ville de Sierre, en raison de sa position stratégique, se trouvant au milieu du Valais créant une séparation physique et linguistique entre le Bas-Valais et le Haut-Valais, ainsi que pour son intérêt grandissant pour la crémation (plus de la moitié des ensevelissements sont cinéraire). Dès l'entrée au cimetière, une plaque invite l'endeuillé à une promenade au pied de la colline. Cette plaque, la voie sacrée, vient border le flanc sud de la colline du Petit-Bois révélant ainsi sa sinuosité, avant d'arriver au lieu de l'extrême-onction. L'inclinaison de la voie sacrée propulse la chapelle vers le haut avec la volonté de se rapprocher du ciel. Au contraire, on trouve le crématoire au niveau du sol afin de rapprocher le corps de la terre. Une petite brèche sur la voie sacrée propose une descente vers les cryptes situées sous la chapelle, tandis que plus loin, une rampe invite à une promenade de recueillement dans le bois sacré où, au sommet, on trouve un oratoire, avant de quitter le cimetière. Le columbarium vient se protéger dans une petite fente sous le bord de la voie sacrée, située parallèlement à l'allée principale du cimetière.

Related material