Infoscience

Report

Analyse des modèles de comportement des chaussées

Au niveau d’un réseau routier, la planification des mesures d'entretien demande la connaissance, en tout temps, de l’état fonctionnel et structurel de la chaussée. A tout instant, il doit être possible de connaître l’état des dégradations de la chaussée et d'en prévoir leurs évolutions par le biais de modèles de comportement. Les outils PMS (Pavement Management System) intègrent ces modèles et nécessitent, de ce fait, que leur soit fournie la loi mathématique qui prédit l’évolution dans le temps de la dégradation considérée. De nombreux modèles de comportement existent mais il serait hasardeux de les appliquer sans une analyse critique de leur fonctionnalité et de leur adéquation vis-àvis du contexte du réseau routier suisse. La recherche consiste à inventorier, au niveau suisse et international, les modèles de comportement existants et pouvant être exploités dans le cadre d’un PMS (Pavement Management System). Il s'agit également de détecter les lacunes existantes et de proposer une méthodologie adéquate applicable au niveau suisse qui permettra d’y remédier. Les développements de cette recherche sont étroitement liés à la recherche VSS 12/99, "Diagnostic d'état des chaussées", qui introduit les adaptations nécessaires des indices d’état des dégradations imposés par un système de gestion pertinent applicable au réseau routier suisse. Dans l’état actuel des lois de comportement à disposition au niveau suisse et international, il apparaît qu’il n’y a pas de lois de comportement directement applicables sans réserve et sans une évaluation in situ de leur potentiel prédictif. A titre d’exemple, les lois de comportement développées par le canton de Neuchâtel, issues principalement des relevés du réseau des routes cantonales, ne tiennent compte uniquement que de l’âge de la chaussée ; cette restriction est trop limitative au vu de comparaison réalisées avec des relevés issus du réseau des routes nationales fribourgeoises et neuchâteloises. L’introduction d’autres facteurs d’influence tels que la charge de trafic, le type de structure, les conditions climatiques locales, sont souhaités dans les modèles de comportement existants ou à venir. La prise en compte de ces paramètres permettra d’affiner la prévision de la dégradation considérée. Une méthodologie adaptée aux besoins du gestionnaire de l’entretien des réseaux routiers est proposée. Cette méthode se base sur la récolte des données d’auscultation disponibles, auprès de certains cantons et divers organismes, afin de proposer des lois de comportement suisses basées sur la méthode dite “photo”. Les modèles issus de cette démarche devront être évalués et nécessiteront un calage basé sur une campagne d’auscultation d’envergure nationale à réaliser dans les 5 prochaines années.

Related material